Visitateursi:
134145
Total Visit : 134145

L’une des nombreuses raisons pour lesquelles l’Ikebana s’est développé uniquement au Japon, parmi tous les pays de religion bouddhique, est le fait que la relation à la Nature, dans la tradition japonaise, est très différente de celle de l’Occident. Connaître les mythes shintoïstes sur la création du monde et les comparer à nos mythes chrétiens nous aide à mieux comprendre la raison de cette différence de rapport à la nature, notamment aux plantes. Avec l’introduction du bouddhisme au Japon en 522 après J.-C., le besoin s’est fait sentir d’inventer le ‘Shintō’ comme la « religion » native.  Par ordre impérial, deux livres sont écrits pour transmettre les mythes de la naissance du Japon mais aussi pour renforcer l’idée que le clan impérial descend directement de l’astre le plus important du firmament, à savoir la déesse solaire Amaterasu.

 

le Kojiki (livre des mots anciens) en 712 après J.-C.

les Nihongi ou Nihon Shoki (Annales du Japon) en 720 après J.-C.

Contrairement au christianisme où un Dieu crée le monde, le shintoïsme défend l’idée que l’univers existe sans qu’un dieu l’ait créé. Les premiers dieux apparaissent spontanément et pour eux-mêmes :

-«Le Ciel, au départ se sépare de la Terre, doux, incohérent, dispersé».

– «Des divinités primordiales apparaissent : cinq mâles « qui cachent leur corps de la vue » et résident au Ciel suivis de « sept générations divines » qui font apparaître les forces de la nature sous la forme de pouvoirs divins ‘Kami’ appariés.

Le dernier couple frère-sœur/épouse-mari généré est celui d’Izanagi, celui qui invite, et Izanami, celle qui invite.

 

 

Les Dieux Primordiaux ordonnent au couple frère-sœur de consolider la Terre. Depuis le Pont Suspendu du Ciel (qui permet de descendre sur la Terre) et avec une lance, le couple déplace les eaux boueuses. La première île naît de la boue qui en coule.

– Alors que la première expérience sexuelle dans le monde divin a lieu : Izanami, parlant le premier, s’unit à Izanagi et de leur union inexpérimentée naissent un fils raté et une île.

– Face à cet échec partiel, ils retournent au Ciel. Les Dieux Primordiaux disent que c’est au mâle de prendre l’initiative. Le couple observe une paire de bergeronnettes qui s’accouplent. Le couple revient sur terre et une nouvelle union sacrée a lieu. Le mâle ayant parlé le premier, les huit îles du Japon et divers Kami des eaux, des plaines et des montagnes, etc. surgissent qui, à leur tour, génèrent d’autres Kami. Les îles et les Kami se génèrent à la fois sexuellement et par auto-génération et dans le monde des Kami, tout découle de tout.

 

– Izanami meurt en accouchant du Kami du Feu qui lui brûle les organes génitaux mais elle engendre six divinités à partir de son vomi, de ses excréments, de son urine (symboles du pouvoir sacré du biologique) telles que le Prince et la Princesse de la mine et de l’argile, la princesse de l’irrigation et la princesse de la riche nourriture.

– Izanagi venge sa sœur épouse en tuant le Kami du Feu et c’est à nouveau l’occasion de nouvelles naissances : huit Kami issus des gouttes de son sang et huit autres des différentes parties de son corps. Ce sont tous des Kami résolus aussi violents que le tonnerre ou les eaux violentes des vallées ou les sifflements du vent.

– Izanagi descend aux Enfers pour récupérer sa femme décédée, sans y parvenir.

Il revient sur terre et doit se purifier, ayant été en contact avec la mort. C’est à nouveau l’occasion de procréer de nouveaux Kami :

– douze issus de ses vêtements et objets personnels qu’il jette.

– quatorze de son bain purificateur, parmi eux :

– de l’œil gauche la Déesse Amaterasu, associée au Soleil.

– de l’œil droit Tsuki-Yomi, Kami masculin associé à la lune.

– du nez Susanoo, Kami masculin associé à l’ouragan, au vent, à la mer. Notez que le côté gauche, étant Yang par rapport au droit, est le côté le plus important.

– Izanagi répartit les tâches entre ses trois enfants. Amaterasu obtient le pouvoir de domination sur ses deux frères  (qui doivent devenir les futurs empereurs, en compensation).

– Susanoo conteste la suprématie de sa sœur. Izanagi les réconcilie en leur faisant procréer d’autres Kami en mâchonnant des objets qu’ils leurs donnent (son épée à la sœur, ses bijoux au frère) : trois filles sortent de la bouche d’Amaterasu et cinq fils de la bouche de Susanoo. Notez la préférence pour les nombres impairs, Yang sur les nombres pairs.

– Susanoo détruit les barrages et les rizières de sa sœur Amaterasu et ose déféquer sur son trône (symbole de la violation globale de l’ordre du monde).

– Amaterasu, offensée par le comportement de son frère, se retire dans la Grotte du Ciel dans un état de « black-out » total. Des myriades de Kami se rassemblent et tentent en vain de la faire sortir avec des danses, montrant des branches de Sakaki ornées de morceaux de papier (manière que l’on retrouve encore aujourd’hui dans les rites shintoïstes) et faisant chanter tous les oiseaux à l’unisson afin de lui faire croire qu’un autre soleil s’est levé et la rendre ainsi jalouse. Mais tous leurs subterfuges échouent.

 

 

– la déesse Ameno renverse un tonneau vide, se met à l’intérieur en exécutant une danse «obscène» (montrant seins et organes génitaux), ce qui déclenche le rire des «huit myriades» de Kami. intriguée par le rire, Amaterasu regarde dehors, voit son visage dans un miroir spécialement placé devant son visage. Persuadée qu’il y a un autre Kami, elle sort et se fait fermement empoigner. L’entrée de sa grotte refuge est bloquée et le soleil brille à nouveau sur Terre.

– Susanoo est exilé à Izumo, sur la mer du japon, où règne son fils.

– Pour assurer sa descendance au Japon, Amaterasu envoie son neveu Ninigi sur terre à Kyushu, équipé des « 3 objets divins » (miroir – épée – bijoux). Le petit-fils de Ninigi, futur empereur Jinmu (cinquième descendant direct de la Déesse Amaterasu), se dirige vers le nord, conquiert Izumo et d’autres terres, arrive à Yamato (mot désignant les plaines et monts autour de l’ancienne capitale, Nara) où il est proclamé Empereur.

 

Afin d’inciter au respect que l’ikebaniste doit avoir envers les plantes lorsqu’il crée un Ikebana, rappelons la façon dont le shintoïsme considère la relation entre l’individu et le monde entier, y compris l’humanité, les êtres vivants et non vivants, les morts, la terre, les corps célestes et les Kami. C’est une relation de «consanguinité». Pour le shintoïsme, l’ikebaniste et la plante sont « consanguins », les parties de plante entrant dans la composition comme celles qui sont jetées sont considérées et respectées de la même manière et traitées en conséquence.

 

 

La description de l’apparition de divers végétaux dans le Kojiki est également intéressante. Par exemple, la naissance de certains arbres nés des poils de Susanoo : l’un de la barbe est né le cryptomeria, l’autre de la poitrine le cyprès, de ceux des fesses le pin noir, des cils le camphre. On y indique l’usage : le cryptomeria et le camphre sont pour la construction de bateaux, le cyprès pour les maisons, le pin pour les cercueils.

 

Dans un autre article, l’origine des céréales est expliquée : Susanoo tue le Kami de la nourriture Oh-getsu-hime et de ses yeux naissent les graines de riz et les épis de mil, du nez les haricots rouges, des organes génitaux le blé et de l’anus le soja. Beaucoup d’autres plantes sont générées par d’autres Kami.

La naissance de l’homme et des animaux n’est jamais décrite !