Visitateursi:
134146
Total Visit : 134146

La coutume d’utiliser des vanneries comme contenants pour l’Ikebana va principalement de pair avec l’introduction de deux façons codifiées de boire le thé.

 

– La première, apparue à l’époque Muromachi (1336-1573), est basée sur l’esthétique Wabi-Sabi.

Chanoyu = thé dans l’eau bouillante ou cérémonie du thé (Chadō / Sadō = voie du thé) qui utilise le matcha, feuilles vertes réduites en poudre.

 

– La seconde, apparue à l’époque Edo (1603-1868), Sen-cha dō = voie du thé infusé, est à base de Sen-cha feuilles vertes laissées entières (Voir Article 36, Introduction historique à la composition Bunjin : les Literati).

Wabi-cha

Sen-cha

 

Histoire succincte

 

Au début du shogunat Ashikaga (1338-1573), les contacts avec la Chine (inactifs depuis l’époque Heian 794-1185) reprennent. L’art et la culture d’origine chinoise redeviennent à la mode au sein de la caste shogunale. Yoshimitsu (1358-1408), 3ème Shogun, dans son Pavillon d’Or (Kinkaku-ji), pose les canons d’une culture basée sur l’esthétique et l’art. Dans des lieux décorés de peintures chinoises et agrémentés de précieux vases chinois, le thé est versé dans de précieuses tasses chinoises.

Thé, saké abondant et plats délicieux sont servis lors de somptueux banquets dans les grandes salles du palais pour souligner la richesse et le statut social. Le luxe s’affiche en exposant bronzes, céramiques, peintures, laques, objets précieux Karamono exclusivement chinois et des peaux de tigre et de léopard sur lesquelles se reposer.

 

À cette époque, la mode est aux concours de comparaisons. Elle consiste à comparer des choses entre elles : « Mono » = choses et « Awase » = comparaison.

En est ainsi du concours de connaissances sur les origines diverses des différents thés à partir de leur arôme et de leur saveur tout en distinguant ‘Honcha’ = le vrai thé du non-thé = ‘Hicha’.

À l’issue des concours dans une ambiance de chants, de danses et de musique, de riches lots sont remis aux concurrents, notamment le paravent Namban.

 

Ci-contre, boutique vendant des épées et des peaux de tigre et de léopard, début de la période Edo.

 

Dans son Pavillon d’Argent (Ginkaku-ji), Yoshimasa (1434-1490), 8ème Shogun et petit-fils de Yoshimitsu, commence la japonisation des futurs Arts Traditionnels dont le Cha-no-yu, Cérémonie du thé, telle que nous la connaissons encore aujourd’hui. Il s’entoure de Dōbōshῡ (préposés) dont les plus connus sont :

So’ami, Mon’ami et Ritsu’ami (maîtres en peinture et Tatebana), Senjun Ikenobō (Tatebana), Zen’ami (concepteur de jardins), Sen’ami, No’ami et Gei’ami (les trois ’ami conservateurs des œuvres d’art du Shogun et experts en Tatebana et Ikkyu (Maître Zen).

La cérémonie du thé, à l’époque des Ashikaga, s’appelle style Shoin (= style du palais) et Yoshimasa y expose ses collections chinoises de services à thé, bonsaï, Suiseki (pierres), peintures, calligraphies, Tatebana dans des vases et vanneries chinoises.

 

La tradition raconte que les vanneries d’importation chinoise ‘Karamono’ s’utilisent déjà à cette époque.

‘Kara’ = chinois, lecture Kun du kanji 唐 Tang.

En lecture On, ‘Wa’, = japonais, ‘Kōrai’ = coréen.

 

Tous les objets d’art et d’artisanat (vanneries, vases, théières, braseros, kakemono, …) utilisés pour la Cérémonie du thé sont appelés :

– Karamono = « choses » chinoises, si d’origine chinoise.

– Wamono = « choses » japonaises, si d’origine japonaise.

– Kōraimono = « choses » coréennes si d’origine coréenne.

 

À l’époque des Ashikaga, tous Karamono et Kōraimono, même pauvres, sont préférés par la cour shogunale à tous Wamono, même les plus beaux.

 

Ci-contre, vanneries de style chinois.

 

 

À cette période, le processus de «conversion» aux objets chinois commence grâce principalement à trois riches marchands de la ville de Sakai, Shuko, Jōō et Rikyū. Ils servent le thé selon les normes venues de Chine. Petit à petit, d’une façon de servir le thé en référence à la Chine, on passe à une façon unique et complètement japonaise.

Murata Shuko (appelé aussi Murata Jukō, 1423-1502), élève du Dōbōshῡ No’ami, est le premier que l’on puisse appeler Maître de la cérémonie du thé. Né dans une famille de marchands, il devient moine Zen à l’âge de 30 ans.

Il modifie le style Shoin-cha pratiqué par la classe des samouraïs :

–  Il crée un style influencé par le Zen (futur Wabi-cha).

– Il abandonne les précieux objets chinois pour les remplacer par des céramiques japonaises (Bizen, Shigarachi, Iga).

– Il simplifie l’utilisation des fleurs (préférant le style Nageire au Tatebana de Ikenobō)

– Il transporte le salon de thé à l’extérieur du bâtiment dans une petite hutte.

– Il diminue à la fois le nombre de participants et le nombre d’accessoires et l’atmosphère passe de la « manière de montrer la richesse matérielle » à la « manière de montrer la richesse spirituelle « .

– Il définit enfin les règles selon lesquelles la Cérémonie du thé peut être formelle, semi-formelle ou informelle (Voir Article 21, Shin, Gyō ou Sō).

 

 

Takeno Jōō (1502-1555), également appelé Takeno Shoo, est son successeur comme Maître de la cérémonie du thé. Il est aussi paysagiste, peintre, poète et céramiste.

– Il affine et poursuit la transformation Zen de cette cérémonie en rejetant les ustensiles « bruyants » (décorés ou aux couleurs non naturelles).

– Il utilise la céramique japonaise.

– Il fixe un standard pour l’utilisation de la nourriture (cuisine kaiseki simple et pauvre au lieu de la nourriture abondante et élaborée en usage alors).

– Il insiste sur la « préparation spirituelle » des participants avant d’entrer dans une pièce où le thé est servi.

 

Sen no Rikyū (1521-1591), élève de Jōō, porte la Cérémonie du thé à son apogée, telle qu’elle est encore pratiquée aujourd’hui.  Il est nommé Maître de la Cérémonie du thé au service du premier unificateur du Japon, Oda Nobunaga et du deuxième, Toyotomi Hideyoshi.

Bien qu’il soit un expert en Shoin-cha et très doué pour créer de grands Rikka exubérants pour Nobunaga et Hideyoshi aptes à renforcer le pouvoir de la classe guerrière, il est considéré comme celui qui a amené le Wabi-cha à sa splendeur.

La tradition reconnaît en lui le créateur du style Nageire (Voir Article 14, Nageire ou Heika) dont dérive le Chabana. De la composition « Tateru » (= composer) initié par le Dōbōshῡ des Ashikaga et perfectionné par les Ikenobō, on passe à la liberté avec « Nageru » (= jeter dedans). Ainsi, on passe des arrangements publiques, formels comme le Tatebana et le Rikka, à des compositions privées, informelles, le Nageire.

 

Sen no Rikyū est forcé au suicide rituel (seppuku) en 1591 par Hideyoshi.

 

De Sen no Rikyū, nous sont parvenus :

 

1. Quelques vases qu’il a fabriqués à partir de segments de bambou.

 

Il a été le premier à utiliser des vases en bambou lors de la cérémonie du thé.

 

Ci-contre, ce vase, spécifique sur le côté, est traditionnellement considéré comme le premier en bambou utilisé par Rikyū en tant que contenant pour fleurs lors de la Cérémonie du thé.

 

Irrité par sa simplicité, Sen no Rikyū jette le vase dans le jardin qui atterrit sur une pierre et se fissure (réparation visible le long de la ligne sombre de laque avec deux clips métalliques). La fissure a augmenté sa valeur les années suivantes puisque dans le concept Wabi-Sabi, l’imperfection augmente la « beauté » de l’objet.

 

2. La poterie Raku introduite dans la Cérémonie.

Deux tasses de Chojiro 1er (? – 1589) ancêtre de la dynastie Raku.

Selon la tradition, Raku (= plaisir) est le nom donné à Chojiro par Hideyoshi, nom qui est une contraction du nom de son palais ‘Jurakutei’ ou ‘Jurakudai’.

 

 

3. Les règles pour le Chabana (« Fleurs du thé), écrites par ses disciples (Voir Article 46, La cérémonie du thé).

Tout ce qui touche au Chanoyu (Cérémonie du Thé dans le style Wabi-Sabi) doit être ‘Shibui’ (d’un goût irréprochable), ‘Wabi’ (simple et sans luxe), ‘Sabi’ (rustique non prétentieux, avec des imperfections anciennes), ‘Fura’ (pur amusement de la vie), car toute la cérémonie est simplicité, harmonie, tranquillité et pureté.

Épurée et expressionniste,  l’arrangement Chabana reflète l’ascétisme des Maîtres Zen.

 

Vases et vanneries en bambou de divers auteurs utilisés lors de la cérémonie du thé.

 

 

 

 

 

Furuta Oribe (1544-1615)

 

Sen no Rikyū est remplacé par Furuta Oribe comme Maître de la cérémonie du thé, d’abord auprès de Hideyoshi et plus tard auprès du second Shogun Tokugawa Hidetada.

Oribe est un Daimyō appartenant à la classe des samouraïs contrairement à Rikyū issu de la classe marchande.

Oribe abandonne la vaisselle Wabi-Sabi de Rikyū et crée des tasses et des récipients déséquilibrés et colorés. Il modifie encore la cérémonie du thé et apporte des changements dans la maison de thé.

 

Tasses de type Oribe
 

Vase en bambou avec son étui créés par Oribe

 

L’École Ohara utilise également des vases de style Oribe : bassins Rimpa avec des motifs de type Oribe.

 

 

 

 

Oribe meurt aussi par seppuku, sur ordre de Hidetada, deuxième Shogun Tokugawa. Avec sa mort, le style Momoyama (celui de Rikyū) de la cérémonie du thé prend fin.

 

Kobori Enshū (1579-1647)

 

Kobori Enshū remplace Oribe. Daimyō cultivé, sculpteur, peintre, céramiste, paysagiste et Maître de la cérémonie du thé, il est au service du 3e Shogun Tokugawa Iyemitsu. Il combine le style Rikyū à celui d’Oribe, donnant naissance au « style Daimyō ».

Ce nouveau style est adapté à la période historique où la précarité (éphémère) de la vie des guerriers n’est plus à l’ordre du jour comme à l’époque de Sen no Rikyū, les Tokugawa ayant obtenu une paix stable grâce à l’assujettissement de tous les clans auparavant constamment en guerre les uns contre les autres.

 

 

Le Chanoyu (Cérémonie du thé Wabi-cha), à l’époque des deux premiers unificateurs Nobunaga et Hideyoshi, prend une telle importance qu’il est utilisé politiquement comme récompense ou marque de reconnaissance pour un vassal. Par exemple, Hideyoshi, un des généraux de Nobunaga, ne reçoit la permission de Nobunaga de mener sa première cérémonie du thé en sa présence qu’à l’âge de 42 ans en guise de récompense pour avoir remporté une bataille.

Hideyoshi, arrivé au pouvoir à la mort de Nobunaga, imite le Shogun Ashikaga Yoshimasa qui offrait à l’Empereur du thé dans une tasse en or posée sur un plateau d’argent. Hideyoshi fait alors construire un salon de thé, amovible et transportable, recouvert d’or, y met tous les accessoires également en or. Utilisé lors de deux invitations successives de l’Empereur, ce salon de thé devient l’emblème de sa grande réussite sociale (d’origine modeste, devenu samouraï, il en est venu à assumer toutes les plus hautes fonctions de la cour impériale).

 

Reconstitution du salon de Hideyoshi en or, démontable et transportable pour la Cérémonie du thé Wabi-cha.

 

Les vanneries sont utilisées à la fois dans le Chanoyu et le Sen-cha dō, petites et simples et d’un usage quotidien pratique.

Sous l’impulsion du Sen-cha dō, les artisans japonais de la période Edo se mettent à produire de nouvelles formes de vanneries, de grandes tailles et adaptées à l’Ikebana. Ils commencent également à apposer leur signature sur leurs créations soulignant le fait que, désormais, ils ne copient plus les vanneries chinoises mais créent leur propre style.

Voir Article 36, Introduction historique à la composition Bunjin : les Literati et Article 46, La cérémonie du thé.