Visitatori:
116174
Total Visit : 116174

articles

Brèves remarques sur l’apprentissage de l’Ikebana

 

Les plantes, dans leur ensemble et dans leurs caractéristiques intrinsèques, poussent dans la nature de manière harmonieuse avec les autres plantes qui les entourent. Une fois cueillies et détachées « de l’harmonie naturelle » dans laquelle elles ont poussé et disposées dans un contenant, l’harmonie est restaurée grâce aux règles de composition de l’Ikebana.

En effet, ces règles sont issues des religions-philosophies (shintoïsme, bouddhisme et bouddhisme zen, taoïsme, confucianisme) dans lesquelles l’homme et la nature font partie d’une même entité (contrairement au christianisme qui les voit séparés) et sont donc « gouvernés » par les mêmes principes. De plus, ces règles (comme dans tous les arts traditionnels japonais) ont été « distillées » passant d’une génération de maîtres ikebanistes à l’autre du XVe siècle à nos jours.

Comme pour l’apprentissage des règles grammaticales d’une langue étrangère, le débutant les apprend et les applique avec une sorte de «pédanterie grammaticale» puis « les oublie » une fois acquises et intégrées quand il parle couramment la langue, les règles de l’Ikebana ne sont pas des fins en soi, mais elles servent à comprendre les principes directeurs qui régissent les relations entre les plantes, le contenant et le lieu où la composition est placée.

 

Introduction

 

La disposition des végétaux dans un Ikebana a toujours reproduit symboliquement l’organisation sociale de ses créateurs et de ses pratiquants ainsi que leurs croyances religieuses et philosophiques.  Et même si ces symboles ont perdu leur sens avec le temps, la structure de base de l’Ikebana adossée à ces symboles est demeurée pratiquement inchangée jusqu’à ce jour.

Les compositions depuis le XVe siècle (période d’apparition de l’Ikebana) jusqu’au début de la période Edo (1603-1868) sont des constructions symboliques utilisant des plantes pour représenter des concepts philosophico-religieux. Ces compositions expriment l’harmonie de l’univers en se référant non seulement aux symbolismes shintō et bouddhique mais aussi aux concepts de Yin/Yang (Voir Article 2, Les concepts de fort et de faible).

En fait,

 

Les feuilles, les branches et les fleurs sont considérées :

– Yang, le côté qui pousse vers le soleil (Hi-Omote).

– Yin, le côté qui pousse à l’ombre (Hi-Ura).

Hi = soleil

Omote = face

Ura = opposé, en-dessous.

 

     Face/Yang/Positive Arrière/Yin/Négative
 

Dans toute composition, il y a 2 côtés :

– un côté considéré comme Yang,  les végétaux Yang : Ki-Mono, Ki=bois.

– un côté considéré comme Yin, les végétaux Yin : Kusa-Mono, Kusa=herbe, (Voir Article 15, Origine symbolique de l’Ikebana : Tao et la construction du Tai-ji).

 

La composition constituée d’un nombre impair d’éléments est préférable car les nombres impairs sont considérés comme Yang, à la seule exception du nombre deux qui, bien que Yin comme tous les nombres pairs, est utilisé car il est la somme de Yang + Yin (Voir Article 62, Utilisation des nombres impairs en ikebana).

 

À partir de l’époque Edo (1603-1868), la vision cosmique et mystique de la vie et la perception sacrée de la nature, caractéristiques des époques précédentes, commencent à décliner. Parallèlement s’opère un processus de sécularisation des arts en général, dont l’Ikebana : la symbolique sur laquelle s’est fondée la création des règles de construction de l’Ikebana devient dépassée et, peu à peu, partiellement oubliée. La plupart de ces règles, fondées sur des symboles religieux et philosophiques, continuent d’être appliquées sans plus en connaître leur origine symbolique.

Les arrangements sont désormais perçus d’une manière différente et, par conséquence, ils sont identifiés au regard d’une nouvelle lecture des Kanji.

Alors qu’au début de la période Edo, ils sont appelés en lecture On Shō-Ka/Sei-Ka maintenant on les désigne désormais en lecture Kun, Ike-Bana, en mettant en évidence le verbe ‘Ikeru’ = donner la vie, c’est-à-dire que les plantes ne sont plus perçues pour leur symbolisme mais comme des êtres vivants (Voir Article 50, La langue japonaise, lecture On, lecture Kun des kanji et Article 54, Évolution de l’Ikebana au-travers de la lecture des Kanji).

Malgré ce changement de perception des compositions, les règles de base de construction restent celles du Rikka, bien que simplifiées.

Toujours au début des années 1800, dans le texte anonyme daté de 1801 « Enshū Soka ikō kadenshō » (transmission orale de l’Ikebana de l’école Enshū),  il est affirmé péremptoirement :

– si dans une composition, on ne retrouve pas les principes du Yin/Yang, ce n’est pas un Ikebana.

Au Japon, le syncrétisme religieux et philosophique s’est toujours pratiqué, c’est-à-dire qu’il n’a jamais été nécessaire de choisir une religion ou une philosophie en rejetant les autres.

De chaque religion, de chaque philosophie, les Japonais ont toujours choisi ce qui semblait le plus approprié ou le plus utile selon les circonstances, que ce soit dans la vie privée ou la vie publique ou pour les rites de passage comme la naissance, le mariage, les funérailles.

L’Ikebana reflète ce syncrétisme car les symboles des deux religions, shintoïsme (ou shintō) et bouddhisme, et des différentes philosophies y sont facilement reconnaissables. Le choix des plantes et leurs associations, leur position idéale dans la composition, leur orientation et leurs dimensions, tous sont basés sur les symboles du taoïsme, shintoïsme, bouddhisme, néo-confucianisme et sur les pratiques magico-religieuses comme le Feng-Shui.

Références bibliographiques en fin d’article.

Le but de ce site est d’éveiller la curiosité des ikebanistes en leur donnant une vision de l’Ikebana où sa forme n’est pas séparée de son sens et d’inciter le lecteur à approfondir les thèmes présentés ici. De nos jours, il y a une tendance générale, dans l’art occidental, à apprécier seulement la forme pour elle-même. Les différentes compositions d’Ikebana sont admirées pour la beauté des plantes, oubliant que le choix des végétaux, leurs associations, leurs positions, leurs orientations et leurs dimensions ont tous un sens. Ces compostions reposent sur des règles d’arrangement symbolisant les valeurs du shintoïsme, taoïsme, bouddhisme classique et zen, Feng-Shui et néo-confucianisme.

Puisque le concept de divinité dans le shintoïsme se retrouve dans les éléments naturels, il peut coexister avec d’autres systèmes de valeurs qui ont pénétré le Japon depuis l’étranger : au VIIe siècle, le prince Shotoku Taishi, régent et neveu de l’impératrice Suiko, déclare : « Le shintoïsme est le tronc, le bouddhisme est les branches et le confucianisme les feuilles ».

La culture japonaise s’est toujours caractérisée par une forme de syncrétisme en acceptant les éléments bénéfiques de systèmes de valeurs religieuses différents et parfois contrastés, n’en gardant que les aspects les plus pratiques. Ce syncrétisme religieux, nous le trouvons en Ikebana car ses règles de composition sont basées sur les symboles de diverses religions.

Ce n’est qu’en connaissant l’histoire (et comment elle a influencé la formation des modes de pensée collective et l’absolutisation de certaines valeurs) que nous pouvons saisir la signification des arts traditionnels japonais en général et de l’Ikebana en particulier. Sinon, la connaissance n’en sera que superficielle.

Considérant que la plupart des blogs ou des sites Web traitent de la technique mais pas de la culture qui sous-tend la compréhension de l’Ikebana, l’idée est de donner des explications qui permettent d’approfondir les nombreuses formes d’Ikebana, c’est-à-dire une compréhension de ses structures et de ses significations (Voir Article 25, Omote et Ura).

 

Ce site a été créé pour être consulté à chaque fois que l’ikebaniste rencontre une nouvelle thématique peu connue de lui ou souhaite approfondir une thématique qui lui est connue. Avec le moteur de recherche, dans la case blanche en haut à gauche, vous pouvez retrouver tous les articles associés au thème recherché.

 

Avertissement : L’auteur n’a aucun intérêt commercial dans ce blog. Les textes et images sont personnels ou extraits d’Internet. Si leur publication viole le droit d’auteur, le propriétaire peut le communiquer par courrier électronique et ils seront immédiatement supprimés.

 

Références bibliographiques

 

Ikebana

Articles et notes de séminaire.

L’Ikebana, filosofia, religione e teoria dei fiori Ikebana pratico, avec Masanobu Kudō Ikebana fiori viventi

Ikebana, quando i fiori diventano arte

Ikebana, l’arte meravigliosa di disporre i fiori Corso di Ikebana, l’arte di disporre i fiori Par Jenny Banti-Pereira

Composition florale, Art du Japon Par Mary Cokely Wood

La maîtrise de l’arrangement floral japonais Par Koshu Tsujii

Le livre des maîtres de l’Ikebana Par Sen`ei Ikenobō, Houn Ohara, Sofu Teshigahara

L’art de l’arrangement floral japonais La voie de l’arrangement floral japonais Par A. Koehn

L’art de la composition florale au Japon Par A. L. Sadler

La théorie des compositions florales japonaises

La fleur du Japon et l’art de l’arrangement floral par J. Conder

L’art floral du Japon Composition florale japonaise par Mary Averill

Art floral japonais : symbolisme, culte et pratique Par Rachel Carr

Composition florale : la méthode Ikebana Par Minobu Ohi, Senei Ikenobō, Houn Ohara, Sofu Teshigahara

Paysage : un art, une école, un espace L’Ikebana Par Martine Clément

La joie d’Ikenobō Ikebana 2011

Ikenobō Ikebana Guide de base

 

Thèmes liés à l’Ikebana

Estetica del vuoto

Dieci lezioni sul buddhismo Yohaku

Par Pasqualotto Giangiorgio

L’ideale della Via, Samurai, monaci e poeti nel Giappone medioevale La cultura del Tè in Giappone Par Aldo Tollini

La pensée japonaise classique

De Massimo Raveri

Sources de la tradition japonaise, volumes 1 et 2 Par Théodore de Bary, D. Keene, George Tanabe, Paul Varley

Époques de l’art chinois et japonais Par Ernest F. Fenollosa

Yin et Yang, l’armonia taoista degli opposti Par J.C. Cooper

Il Tao : la via dell’acqua che scorre Par Alan W. Watts

La culture de la guerre civile à Kyōto Par Mary E. Berry

Le Monde à l’envers Par Pierre F. Souyri

Les idéaux de l’Orient Par Akuzo Okakura

Samurai, i guerrieri dell’assoluto Par B.Marillier

Lo stile eroico, l’eroismo in Giappone Par Junyu Kitayama

La maschera du samouraï Par Aude Fieschi

Zen et beaux-arts Par Shin’ichi Hisamatsu

Lo zen e l’arte di tirare di spada Par R. Kammer

Les arts japonais et l’auto-culture Par Robert Carter

Bushido, l’anima de Giappone Par Inazo Nitobe

Le Samouraï et le sacré Par Sthephen Turnbull

KO-GI-KI, livre base dello shintoismo giapponese Par Mario Maréga

Lo spirito delle arti marziali Par Dave Lowry

Lo Zen et la via della spada Par Winston L. King

Kata Par Kenji Tokitsu

La via del tiro avec l’arco Par Paolo Villa

Les arts zen Par Rupert Cox

Culture, art, histoire et pratique du thé japonais

Culture artisanale, potiers Raku, mécènes et praticiens du thé au Japon Par Morgan Pitelka

Redécouvrir Sen no Rikyū et les débuts de la cérémonie du thé japonaise Par Herbert Plutschow

Une introduction au rituel du thé japonais De Jennifer L. Anderson

Culture du thé au Japon Par Sadako Ohki

Zen dans l’art de la cérémonie du thé De Horst Hammitzsch

Lo spirito de Giappone Par Leonardo Vittorio Arena

Gli insegnamenti della pittura del giardino grande come un granello di senape Édité par Mài-Mai Sze

À propos de l’esthétique japonaise Par Donald Richie

La tradizione estetica giapponese

Dalla città ideale alla città virtuale Estetica dello spazio urbano in Giappone e in Cina Par Laura Ricca

L’estetica giapponese moderna Par Marcello Ghilardi

Giappone, la strategia dell’invisibile Par Michel Aléatoire

Je fiori del vuoto Par Giuseppe Jiso Forzani

L’origine du mot médiéval du Japon

La vie culturelle de l’élite guerrière au XIVe siècle (Chapitre 9) édité par J.P. Mass

Le Japon à l’ère Muromachi 1. par J.W. Hall et Toyoda Takeshi Ashikaga

Yoshimitsu et le monde de Kytayama (Chapitre 12) Par H. Paul Varley

Empereur et aritocratie au Japon 1467-1680 Par Lee Butler

La voie japonaise de la fleur : l’Ikebana comme méditation en mouvement Par S. E. Davey

Dizionari delle religioni : taoïsme Par Ester Bianchi

La menthe japonaise Par Roger J. Davies et Osamu Ikeno

Thèmes de l’histoire de l’art des jardins japonais Wybe Kuitert

Jardins des Daimyō Par Shirahata Yozaburo

Livre de thé Par Kakuzo Okakura

THÉ DES SAGES : L’Art du Sen-cha Par Patricia J. Graham

San Sen Sou Moku, le jardin japonais dans la tradition Par Sachimine Masui, Béatrice Testini

L’universo nel recinto, I fondamenti dell’arte dei giardini e dell’estetica tradizionale giapponese, І e 2 Par Paola Di Felice

La ville du Shogun, une histoire de Tokyō Par Noël Nouet

Kaempfer’s Japan, Tokugawa Culture Observed édité, traduit par B. M. Par Bordart-Bailey

L’origine du monde médiéval du Japon

Courtisans, clercs, guerriers et paysans au XIVe siècle Edité par Jeffry P. Mass FENG SHUI Par Ernest Eitel

Lecture moderne sur les classiques chinois de l’arrangement floral Par Zhang Qiande et Yuan Hongdao Compilé par Li Xia

Cultiver la féminité Les femmes et la culture du thé à Edo et Meiji au Japon Par Rebecca Corbett

STORIA DEI SAMURAI E DEL BUJUTSU, nascita ed evoluzione dei bushi e delle loro arti nel Giappone feudale Par Roberto Granati

Histoire de Giappone De Kenneth Henshall

Senno (Ikenobō), sur l’art de l’arrangement floral (Chapitre 5) dans Théories littéraires et artistiques au Japon Par Makoto Ueda

Le I Ching dans la pensée et la culture Tokugawa Par Wai-ming Ng

KAZARI Decoration and Display in Japan 15th-19th Centuries, 2002 édité par Nicole Coolidge Rousmaniere

KAZARI L’arte di esporre il BONSAI e il SUISEKI, 2016 Par Edoardo Rossi

Seigneurs de guerre, artistes et roturiers,

Le Japon au XVIe siècle édité par George Elison, Bardwell L. Smith

La politique de la réclusion, de la peinture et du pouvoir à Momoyama Japon Par KENDALL H. BROWN

Kire : il bello en giap Par RYOSUKE OHASHI