Visitatori:
116143
Total Visit : 116143

La monarchie japonaise est la plus ancienne institution du globe. Elle se perpétue par lignée héréditaire masculine à l’exception de quelques cas où des filles ou épouses d’empereurs ou de femmes parentes de la famille impériale sont devenues impératrices, et toujours uniquement dans le but de préserver le trône dans la famille, jamais par libre choix. La famille impériale n’a pas de nom de famille et toutes les impératrices ne sont connues que par leur nom bouddhiste posthume, attribué après leur mort.

Les 42 premiers empereurs dont la tradition nous parle ont résidé dans autant de sièges de la taille d’un village. Le shintoïsme considérant comme impurs aussi bien le sang que la mort, le village devenu impur à la mort de l’Empereur, est abandonné.

 

Il y eut 8 femmes impératrices ‘Tenno’ (天皇 TEN = ciel, O = souverain)

 

Périodes Nombre d’impératrices Noms
 

 

Asuka 552-710

 

 

5

1. Suiko

2. Kogyoku / Saimei *

3. Jito

4. Gemmei

 

Nara 710-794

 

3

5. Gensho

6. Koken / Shotoku *

Heian 794-1185
Kamakura1185-1392
Muromachi 1392-1568
Momoyama 1568-1600
 

Edo 1600-1868

 

2

7. Meisho

8. Go-Sakuramaki

 

* Sur les 125 ‘Tenno’ de l’histoire officielle, huit sont des femmes et deux d’entre elles ont porté deux fois des noms différents. Au total, le Japon officiel a eu dix fois des impératrices.

Dans la mythologie japonaise, il est fait mention de reines chamanes qui détiennent le pouvoir. Par exemple, c’est Jingo qui a mené la première invasion de la Corée. Enceinte et pour permettre à son fils (futur empereur Ojin) de naître au Japon, la grossesse dura 14 mois. On dit qu’il a « conduit » du ventre sa mère dans les batailles. Pour cette raison, à sa mort, Ojin est assimilé à Hachiman, dieu de la guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figurine représentant Jingo, Temple de Hachiman à Nara.

 

Le terme ‘Tenno’ (天皇 TEN = Ciel, O = Souverain) est utilisé, la première fois, par Shotoku Taishi dans une missive à l’empereur chinois rapportée par Ono no Imoko (le premier moine Ikenobō à qui la tradition associe la naissance de l’Ikebana avec le début présumé de la dynastie Ikenobō (Voir Article 12, La naissance de l’Ikebana selon la tradition).

‘Tenno’ est en référence à la 1ère impératrice Suiko, 33ème Tenno de la liste officielle, qui règne de 593 à 628 et avec laquelle commencent les relations diplomatiques avec la Chine.

 

Dans la conception politique chinoise de cette époque, l’Empereur est un Mandat Céleste, ce qui signifie que sa tâche est d’assurer l’harmonie entre les forces célestes, les forces naturelles et les forces humaines. Il ne peut exercer ces fonctions que s’il est doté de vertus. Le Mandat Impérial est confié par le Ciel et peut lui être retiré par le Ciel (passer à une autre dynastie) s’il s’avère qu’il ne possède pas les vertus.

Pour éviter un changement de famille impériale (comme cela s’est produit en Chine), les nobles japonais déclarent que l’empereur n’est pas un mandat céleste car il est un descendant direct de la Kami Amaterasu, déesse du soleil.

 

Période ASUKA 552-710

 

1ère femme Tenno : en 592 Umako, chef du clan Soga, fait assassiner l’empereur Sujin et désigne sa nièce Suiko, veuve de Sujin, pour le trône. Un autre de ses neveux, Shotoku Taishi (= Saint Prince ou Prince brillant), est nommé Régent. C’est un homme cultivé et clairvoyant qui favorise l’introduction du bouddhisme à la cour. La tradition l’associe à la naissance de l’Ikebana car, toujours selon la tradition, Taishi construisit le Rokkakudō, temple hexagonal dans lequel le moine Ikenobō Ono no Imoko s’est retiré.

La tradition associe la « naissance de l’Ikebana » à ces véritables personnages historiques. Cependant, leur rôle dans la création de l’Ikebana s’appuie sur des contes créés par les Ikenobō près de mille ans plus tard pour se donner une légitimité, une fois devenus célèbres grâce à Senkei Ikenobō, premier du nom.  Ikenobō est mentionné pour la première fois en 1462 en tant que créateur d’un Tatebana dans un vase en or (Voir Article 13, La naissance de l’Ikebana selon les sources historiques).

 

2ème femme Tenno : À la mort de Suiko, l’empereur Jomei monte sur le trône. À sa mort en 641 et toujours pour des raisons politiques, c’est son épouse, la princesse Takara qui le reprend en tant que 35ème Tenno sous le nom de Kogyoku. Elle abdique au bout de trois ans au profit de son fils le Prince Naka qui, pour pouvoir vraiment régner dans les coulisses, préfère refuser le titre au profit de Kotoku, frère de Kogyoku. Il devient le 36ème empereur de la liste officielle et meurt neuf ans plus tard. Pour la deuxième fois, Kogyoku est élevée au rang de 37ème Tenno jusqu’à sa mort en 661 et prend le nom de Saimei.

 

3ème femme Tenno : en 690, après la mort de l’empereur Temmu, sa femme devient la 41ème Tenno sous le nom de Jito. Elle est également connue comme poétesse, avec son Waka inclus dans le Man’yōshū (première anthologie de Waka, poésie japonaise datée des environs de 760, littéralement Recueil de dix mille feuilles ). Elle se retire en 697 pour permettre à son fils Mommu de monter sur le trône jusqu’en 707 où il meurt. Sa femme deviendra la 4ème femme Tenno sous le nom de Gemmei, son fils n’étant alors âgé de seulement 6 ans.

 

PÉRIODE NARA 710-794

 

Gemmei est la 4ème femme et 43ème Tenno. Pendant son règne de 8 ans, la capitale se déplace à Nara. Le Kogiki (Histoire des choses anciennes), 1er livre sur la mythologie shintō et sur l’histoire (mythisée) de l’aristocratie des Yamato, est achevé. Elle abdique en 715 au profit de sa fille la princesse Hidaka.

 

La 5ème femme Tenno, sous le nom de Gensho et 44ème Tenno de la liste officielle, règne de 715 à 724. Durant son règne est écrit le Nihon Shoki (Chroniques du Japon) qui, comme le Kogiki, répète (avec des variations) et prolonge la chronologie (mythisée) de la lignée Yamato.

 

Koken est la 6ème femme Tenno, 46ème de la liste officielle, de 749 à 758. Elle abdique en faveur de l’un de ses fils lorsqu’elle tombe gravement malade. Pendant sa maladie, elle est soignée et guérie par un moine bouddhiste, Dokyo. Elle tombe amoureuse du moine et l’engage comme conseiller. Guérie, elle réussit à monter une seconde fois sur le trône en 764, prend le nom de Shotoku, 48ème Tenno et installe son amant moine (lequel agissait tel un empereur) au palais, le nomme Chef des Ministres. Heureusement pour la cour, elle meurt en 770 et Dokyo est immédiatement renvoyé. En raison du comportement de cette Tenno, aucune autre femme Tenno n’est nommée pendant plus de 800 ans. En fait, pendant les périodes Heian, Kamakura, Muromachi et Momoyama, il n’y aura pas d’impératrices.

 

PÉRIODE EDO 1600-1868.

 

En 1629, la 7ème femme Tenno est nommée et prend le nom de Meisho, 109ème de la liste officielle. Le deuxième Shogun Tokugawa Hidetada donne sa fille Kazuko en mariage à l’empereur Gomizunoo en signe de réconciliation entre le shogunat de plus en plus puissant et les institutions impériales de plus en plus décadentes (sans le sou et entretenues par les Shoguns). L’empereur, afin de récolter de l’argent, vend certains privilèges aux moines comme la permission de porter des vêtements de certaines couleurs réservés à la noblesse. Le Shogun interdit cette pratique à l’empereur lequel abdique en faveur de sa fille (et nièce du Shogun) la Princesse Okiko, âgée alors de 6 ans, ce qui place le Shogun dans une situation embarrassante. Le Shogun finit par se soumettre (seulement en théorie, mais les apparences sont très importantes) à une impératrice enfant, de surcroît sa nièce. Elle est Tenno (sous la régence d’un Fujiwara) pendant 14 ans puis abdique en faveur de son demi-frère et devient nonne.

 

La 8ème et dernière femme Tenno, 117ème de la liste officielle, est Go-Sakuramaki. Elle monte sur le trône à l’âge de 22 ans et occupe le poste de 1762 à 1771. Sœur de l’empereur Momozono qui décède à l’âge de 22 ans en laissant un fils de quatre ans, elle occupe le trône jusqu’à ce que son neveu ait douze ans et soit nommé Tenno. On sait peu d’elle, seulement qu’elle était une excellente calligraphe.

 

Depuis lors, il n’y a plus eu de femmes Tenno. Au 19ème siècle, la Maison impériale décide que seul l’aîné des enfants mâles peut assumer le rôle de Tenno.